Tout savoir sur l’orthophotographie par drone

drone

Utilisée dans plusieurs domaines, l’orthophotographie est un incontournable dans une étude du territoire. Les détails.

Qu’est-ce que l’orthophotographie ? 

Utilisé pour obtenir un visuel précis d’une large zone géographique, l’orthophotographie est une technique qui peut être effectuée par avion ou satellite. Toutefois, l’usage de ces appareils s’avère moins efficace et plus coûteux que l’utilisation d’un drone. En effet, ce dernier permet de survoler une zone plus proche, pour une meilleure définition et des rendus centimétriques.

Le résultat représente des images de hautes résolutions, de prise de vue aérienne. Les assembler permet de créer un plan détaillé et étendu, à l’échelle pour y obtenir tous types de mesures. Ces images peuvent être utilisées à des fins de géoréférencement ou superposées à un plan SIG (système d’information géographique) ou à une carte. Grâce à cette technique, les prises de vues aériennes réalisées par les logiciels peuvent être corrigées. 

Le drone réalise des prises sous deux différents angles sur des axes parallèles précis, à la même altitude. Les photos numériques sont ensuite corrigées selon la prise de vue ou le relief, via trois différentes opérations. Cette modification peut concerner leurs géométries pour que chaque point puisse être superposable à une carte plane. 

Si l’orthophotographie drone est autant appréciée par rapport aux techniques, c’est parce qu’elle permet de réaliser des opérations de prise de vue sur les sites jugées inaccessibles ou dangereuses.

Plusieurs domaines usent de cette méthode comme l’aménagement du territoire ou de l’environnement, les services d’urbanisme, les études d’impacts environnementaux, l’analyse du paysage, les plans de préventions, l’archéologie ou encore l’architecture.

Quelles sont les étapes de l’orthophotographie ? 

L’orthophotographie se fait en 3 étapes. 

– La géolocalisation

Il s’agit de l’étape préalable à la prise de vue aérienne, en positionnant des points GPS sur les lieux à étudier. Pour ce faire, il est indispensable de s’équiper en GPS RTK (Real Time Kinematic), ou cinématique temps réel de traduction française.

Grâce à ce GPS centimétrique, il est facile de définir les coordonnées au centimètre près d’un point précis. Ainsi, l’image RVB sur un plan ou le thermogramme ainsi que la cartographie géoréférencée pourront être établis.

– La captation

À cette étape, un drone est équipé d’une nacelle spécifique, répondant aux besoins de la nature de résultats recherchée. Cet élément sert à embarquer différents capteurs comme une caméra thermique ou un appareil photo.

Élément principal de l’orthophotographie, la nacelle est stabilisée et effectue un pivot de 90° pour être en perpendiculaire à la surface survolée. 

– La postproduction

Cette dernière consiste à assembler les images aériennes. Ensuite le plan est géoréférencé via des coordonnées GPS prises au sol. C’est à cette étape que les images sont traitées pour correspondre aux besoins du client, indiquées à la première étape. 

Bon à savoir

Dans le cadre professionnel, il est toujours indispensable d’accorder les besoins du client avec la prestation effectuée. La première étape devrait alors consister à vérifier si la méthode avancée correspond à ce que recherche vraiment le client. Cette étude préalable permet également de définir la résolution. En effet, il n’est pas toujours nécessaire d’opter pour une grande résolution, alors qu’elle est plus chère. 

Cette optimisation des livrables dépend également du logiciel utilisé par le client (SIG et CAO). 

Quels sont les domaines d’application de l’orthophotographie ?

L’orthophotographie drone est d’une grande aide pour les géomètres et les topographes. Parmi les secteurs auxquels elle peut intervenir, on distingue l’urbanisme, l’aménagement du territoire ou encore l’agriculture. Voici quelques exemples d’application :

  • Le calcul de surface : grâce à cette technique, il est facile de quantifier les angles, les surfaces ou les distances d’un site.
  • Le bâtiment : il est possible de suivre diverses étapes de la vie d’un bâtiment (rénovation, construction…).
  • L’orthophotographie infrarouge : la technique permet de détecter les fuites de chaleur dans les logements d’habitation ou de repérer les réseaux de chaleur urbains. En effet, la position précise des réseaux sous-terrain est facilement détectable à la caméra thermique.